L'intérêt à agir devant le juge administratif

Sous la direction de Olivier Renaudie

Disponible à la librairie LGDJ à Paris

En stock, expédié sous 24 heures

Plus que 1 exemplaire !
29,00 €
  • : Berger-Levrault
  • : Au fil du débat
  • : 01/01/2016
  • : 978-2-7013-1891-2
174 pages
Résumé

Résumé

L'intérêt à agir est une condition classique déterminant l'accès au juge administratif de l'excès de pouvoir. Traditionnellement, on affirme que la manière dont celui-ci apprécie celle condition est « libérale », c'est-à-dire qu'il accepte facilement de reconnaître l'existence d'un intérêt donnant qualité pour agir à l'encontre de l'acte dont la légalité est mise en cause. Forgé par un certain nombre de grandes décisions du Conseil d'État datant du début du XXe siècle, ce libéralisme apparaît aujourd'hui contesté.

Le contexte dans lequel se déploie désormais l'intérêt à agir a en effet changé : d'un côté, le juge administratif doit faire face à un certain nombre de contentieux de masse, à propos desquels il peut être tenté de restreindre l'accès au prétoire ; de l'autre, l'exigence de qualité de la justice administrative oblige, d'une part, à régler les litiges le plus rapidement possible et, d'autre part, à tenir compte de l'exigence de sécurité juridique, C'est dans ce contexte que le Conseil d'État a pu faire évoluer sa jurisprudence relative à l'intérêt à agir en matière contractuelle (CE, Ass., 4 avr. 2014, Département de Tarn-et-Garonne, n° 358994), ou encore que le pouvoir réglementaire a modifié les conditions d'appréciation de l'intérêt à agir en matière d'urbanisme (Ord. n° 2013-638, 18 juill. 2013, relative au contentieux de l'urbanisme).

L'objet de cet ouvrage est de vérifier que les évolutions contemporaines affectant l'intérêt à agir « font système ». Plus précisément, il s'agit de se demander si ces évolutions sont d'abord marquées par une certaine cohérence, traduisent ensuite une mutation profonde de l'intérêt à agir, et sont enfin le révélateur d'un renouvellement de l'office du juge administratif. Ce sont à ces interrogations, et bien d'autres encore, que répondent les contributions réunies dans le présent ouvrage, lequel est issu d'une journée d'étude organisée par l'Institut de recherche sur l'évolution de la Nation et de l'État (IRENEE - EA 3961) à la cour administrative d'appel de Nancy. Ces contributions sont organisées en deux grandes parties : la première regroupe celles permettant d'identifier les jalons susceptibles de circonscrire l'intérêt à agir ; la seconde rassemble celles permettant de mettre au jour les principales tensions relatives à certains contentieux ou acteurs du procès.

Préface Françoise Sichler-Ghestin.
Avec les contributions de Lucie Cluzel-Métayer, Olivier Couvert-Castéra, Christophe Fardet, Jean-Marc Favret, Fabrice Gartner, Cédric Hauuy, Matthias Keller, Jean-François Lafaix, José Martinez-Mehlinger, Pierre Tifine.
Olivier Renaudie est professeur de droit public à l'université de Lorraine. Il est membre de l'Institut de recherche sur l'évolution de la Nation et de l'État (IRENEE - EA 3961). Ses travaux portent sur le droit administratif, le contentieux administratif et la science administrative.
Caractéristiques
ISBN13 978-2-7013-1891-2
EAN 9782701318912
Titre L'intérêt à agir devant le juge administratif
Sous-titre Sous la direction de Olivier Renaudie
Date de parution 01/01/2016
Nombre de pages 174
Type d'ouvrage Colloques, études et rapports
Support Livre
Langue Français
Auteur(s) Olivier Renaudie
Editeur / Collection / Sous-collection Berger-Levrault / Au fil du débat
Thème Droit > Droit administratif > Contentieux administratif / Procédure administrative
Format Papier
  Loading...