Retour à la liste
Le droit de propriété dans les jurisprudences suprêmes françaises, européennes et internationales - Stéphanie Pavageau

Le droit de propriété dans les jurisprudences suprêmes françaises, européennes et internationales

1er Prix de thèse décerné par le Conseil Régional Poitou-Charentes

N° de réf. 9782275025223

  • Editeur : Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers
  • Collection : Thèses
  • ISBN : 978-2-275-02522-3
  • 488 pages - Parution : 05/2006

En stock, expédié sous 24 h

45,65 €
Plus que 1 exemplaire !
Résumé
Garanti par l'ensemble des juridictions suprêmes françaises, européennes et internationales, le droit de propriété se trouve au coeur d'un jeu d'influences croisées entre les diverses jurisprudences. Détaché de sa structure classique, le droit de propriété est une notion commune au contenu variable. Appréhendé de façon souple et convergente par les différentes cours, il est conçu comme une relation patrimoniale privilégiée entre son titulaire, personne privée ou publique, et le bien sur lequel il porte. Ce dernier se révèle être une notion aux contours incertains caractérisée par une dématérialisation croissante. Traditionnellement considérée comme un faible rempart contre les atteintes dont il fait l'objet, la protection juridictionnelle du droit de propriété tend cependant à se renouveler. Ce mouvement est perceptible tant au stade de la qualification des atteintes qu'à celui de l'appréciation de leur légitimité. En tenant compte du degré de gravité de l'ingérence, les juges ont su dépasser la distinction classique fondée sur la seule nature de l'atteinte et ainsi renforcer les garanties entourant certaines mesures non privatives. Le renouvellement de cette protection passe en outre par le refus de toute ingérence arbitraire, ce qui se traduit aujourd'hui par des exigences plus grandes en matière de garanties procédurales et indemnitaires. Ces divers éléments offrent au juge un ensemble de données objectives lui permettant d'exercer un contrôle de proportionnalité. Le rejet de toute mesure disproportionnée visant le droit de propriété implique que les juges veillent à l'existence d'un intérêt supérieur, vecteur de la satisfaction du bien commun, et au respect d'un certain équilibre entre l'atteinte portée au droit de propriété et l'intérêt de la collectivité. Si les juridictions suprêmes demeurent encore prudentes dans l'appréciation qu'elles portent sur l'intérêt général, elles n'hésitent plus à censurer des mesures qui se révèlent manifestement excessives.

Préface de Stéphane Braconnier, Professeur à la faculté de droit et des Sciences sociales de Poitiers.
Caractéristiques
ISBN13 978-2-275-02522-3
Titre Le droit de propriété dans les jurisprudences suprêmes françaises, européennes et internationales
Sous-titre 1<sup>er</sup> Prix de thèse décerné par le Conseil Régional Poitou-Charentes
Date de parution 05/2006
Nombre de pages 488
Numéro de série 7
Type d'ouvrage Thèses
Support Livre
Langue Français
Auteur(s) Stéphanie Pavageau
Editeur / Collection / Sous-collection Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers / Thèses
Thème Droit > Droit civil > Biens
Thème secondaire Droit > Droit international et étranger > Droit international privé
ISBN10 2-275-02522-7
Format Papier
Dans la même collection
  En cours de chargement...